Nouvelles

Précédent | Suivant

Pour recevoir les nouvelles automatiquement, cliquez ici!

Voici les nouvelles envoyées par la famille Tanguay :

Pour voir l'itinéraire prévu, cliquez ici.

 


Date
Nouvelles
13-02-2002

haut

photos

 

Texte de Francine fin de la Thaïlande


01-02-02
De Lampang, on prend le bus local et débarque 37 km plus loin, à l'entrée du centre de conservation des éléphants. Heureusement, des travailleurs du centre nous embarquent dans leur boîte de pick-up, avec nos gros sacs à dos, et nous laissent directement à la porte. On arrive à 10 heures, un peu trop tard pour la baignade des éléphants, mais on voit la marche du lac au terrain du show : ils se tiennent la queue dans la trompe du suivant, en belle file. Celui du devant tient un drapeau. Pour la démonstration, on commence avec la levée du drapeau par un éléphant. Les éléphants d'Asie ont les oreilles plus petites que ceux d'Afrique et ont 4 à 5 ongles de pied (3 en Afrique). Les adultes pèsent de 3 à 5 tonnes. Les " mahouts " font coucher et relever leurs bêtes avec eux dessus, et nous montrent les différentes façons de monter dessus. Ils portent tous un petit bâton (40 à 50 cm) muni d'un crochet à une extrémité, qu'ils jettent par terre et leur éléphant leur redonne avec sa trompe. Ils font asseoir et reculer leur bête, mettre un chapeau sur la tête du maître avec la trompe; ils marchent et virent de bord sur un tronc d'arbre; on les attelle pour tirer du bois avec des chaînes; un éléphant nous montre son habileté à ouvrir un abreuvoir, boire et le refermer. Ils roulent les billes de bois par terre ou les prennent entre les défense et la trompe, et se couchent et se relèvent avec. A 2 éléphants, ils transportent un long billot. Ils poussent les billes de bois avec une patte de devant, vers l'arrière, en reculant avec. Ils rassemblent les billots en pile, à 4 éléphants ensembles, 2 de chaque côté, et les alignent bien droits avec leur trompe, et les empilent même. On leur fait faire de la peinture en leur passant les pinceaux avec différentes couleurs, un étreteau devant eux. Pour finir, un éléphant redescend le drapeau et tous font une génuflexion avec salutation tandis que 2 d'entre eux transportent une pancarte inscrite " thank you " en anglais et en thaï. Impressionnant! Papa aurait sûrement aimé travailler dans le bois avec une de ces bêtes.
Après le spectacle, on fait une randonnée en forêt à dos d'éléphant. On visite aussi l'hôpital pour éléphants : l'un est en train de recevoir un soluté (plusieurs bouteilles), un autre a un pansement sur une patte; on voit des caisse de " bleu " pour désinfecter les plaies.
Puis on reprend un bus pour Chiang Mai et sawngthaew à l'arrivée pour se rendre à l'hôtel.

Les tuk-tuk sont des véhicules à 3 roues, avec toit et un siège pour 3 ou 4 personnes;
Les " sawngthaew " sont des picks up avec toiture et 2 ou 3 bancs dans la boîte, placés dans le sens de la longueur. Voir les photos; bien sûr, on oublie les ceintures de sécurité!

02-02-02
On se promène un peu dans Chiang Mai et on assiste à la parade :c'est le festival des fleurs. Plein de chars allégoriques tous décorés de fleurs, d'énormes bouquets partout sur le parcours, principalement à l'entrée de la ville où sont les estrades d'honneur, des sauterelles géantes en osier, des chapeaux de paille, les gens sont super bien costumés. On voit des spectacles de majorettes, des danses traditionnelles avec leurs costumes, danses des ongles, danses au tambour où ils jouent du tambour autant avec les coudes, genoux et la tête qu'avec les mains; des gens des différentes tribus défilent avec leur costumes traditionnels.
On se rend ensuite au bureau d'informations touristiques où le gars qui nous répond est un vrai fonctionnaire et s'intéresse plus à la télé ouverte qu'à répondre aux gens! C'est, de loin, le pire jamais rencontré!
Baignade à la piscine de l'hôtel, magasinage de tours car le temps manque pour visiter par nous même. Les temples sont magnifiques, ornés d'or et de dragons, d'éléphants, etc… ça tombe dans les goûts des enfants.

03-02-02
Tour en mini-bus jusqu'à Tha Ton. On visite un jardin d'orchidées : l'âge des plants se compte en divisant le nombre de feuilles par 5. Les embryons sont mis sur de l'agar agar, dans des petites bouteilles fermées avec un papier d'aluminium, et on les laisse croître pendant 1 an, avant de casser la bouteille et transplanter les jeunes pousses. On passe par Chiang Dao caves où on visite le temple. Naka est le dragon-serpent. Les serpents autour de la tête de Bouddha servent à le protéger de la pluie durant la longue saison des pluies. Il y a 27 000 temples en Thaïlande; anciennement, c'étaient des places pour étudier pour les hommes. Chaque homme devait faire au moins 7 jours de vie de moine en signe de gratitude pour ses parents. Les moines sont vêtus de couleur jaune-brun ou orange tandis que les filles sont en blanc, sans cheveux ni sourcils.
On voit des arbre de tek qui fournissent le bois si cher chez nous. On mange des " cossetarde apples ", genre de petite pomme allongée, brune, et des tamarins qui ressemblent à de la crotte de chien enrobée; on enlève la peau sèche du dessus avant de savourer la chair brune, à goût de dattes, mais avec quelques noyaux à recracher.
Près du temple, des vendeuse de toutes sortes de poudres, graines et herbes magiques; l'une proposait de meilleures performances et pas de cheveux gris, mais ça ne semblait pas intéresser mon chum!
On a vu les ballons en osier pour jouer au " cépatakra ", genre de volley-ball qui se joue avec les pieds et un filet dont le dessus arrive environ aux épaules.
Puis on s'est rendu visiter les tribus des femmes girafes (Karen à long cou) et des Meos. Les " long necks " peuvent avoir jusqu'à 29 anneaux autour du cou et d'autres en bas des genoux ou au poignets; on pense qu'à l'origine, ces anneaux devaient les protéger des morsures des tigres ou des serpents.

04-02-02

06-02-02
On passe l'avant-midi à dormir, écrire sur l'ordinateur et faire les bagages. On magasine un peu, achète de la nourriture pour notre voyage en train, et on prend un sawngthaew pour se rendre à la gare de train. C'est un train de nuit, de Chiang Mai à Bangkok, avec couchettes. On dort quand même mieux que sur des sièges, mais ça brasse beaucoup; on est le wagon suivant la locomotive, ce qui signifie boucane et sifflet de départ (après chaque gare) dans les oreilles.

07-02-02
Arrivée du train avec 2 heures de retard, puis on passe une bonne partie de l'am à chercher un hôtel, pour finalement retourner au même endroit qu'à notre première visite à Bangkok. En tuk-tuk, on se rend visiter le " Wat traimit ", un temple avec un gros bouddha en or, de 5.5 tonnes. Des feuilles d'or très minces, de un pouce carré environ, sont collées dessus, à différents endroits, comme offrande à leur dieu.
Puis on se rend au spectacle d'extraction du venin de serpents, donné par la croix rouge. C'est la deuxième ferme de serpents au monde (après Butantan au Brésil) où la mission est d'informer les gens et de produire des anticorps . Le venin, extrait par une pression le long de la glande sécrétrice (maxillaire supérieure) en tenant la tête de l'animal au-dessus d'une petite soucoupe transparente, est ensuite acheminé à une ferme de chevaux, pour leur être injecté en dose suffisante à la fabrication d'anticorps, mais non létale. La ferme compte 160 variétés de serpents, dont 48 sont venimeux et leur morsure peut entraîner la mort. Certains sont neurotoxiques et paralysent leur victime, d'autres entourent leur proie et l'asphyxient, les vipères causent des hémorragies, et les serpents de mer attaquent les neurones et détruisent le tissus musculaire. La démonstration était très impressionnante, avec les king cobras (longs de 2 mètres), les phytons et les vipères, le tout à 3 mètres des estrades. Nicolas et Francis ont pris un gros python autour de leur cou, et tous ont pu toucher de petits serpents.
Pour compléter la journée, un peu de magasinage (on a maintenant des cartes d'affaires de notre tour du monde, Francis a sa chemise à dragons et Sébastien des bottines de marche), avant de se rendre souper dans un grand restaurant flottant thaï de 1300 tables (8 places par table), avec M Vivat Chavananikul, au bord de la mer, à Samut Sakhon. C'est lui qui a commandé, le menu étant écrit seulement en thaï . On a mangé des moules aux œufs, une soupe de calmars, pieuvre, crabe, crevettes et autres, très épicée, des crevettes de 8 pouces de long, cuites sur le grill, des boulettes frites aux crevettes servies avec du miel, et du riz. Dans le lac, à 3 pieds de ma chaise, on voyaient des poissons de toutes grosseurs sauter. Le décor était fantastique, avec des barges remplies de fleurs, ancrées autour, des roues illuminées qui tournent avec le vent, et l'immensité de cette boîte toute illuminée.

08-02-02
On se lève tôt (5 :30 heures am) afin d'éviter le trafic, pour rejoindre M Vivat qui nous amène visiter le côté porcin de la Thaïlande. La principale production est, bien sûr, le riz et en second, le manioc qui fournit le tapioca. On se rend chez un producteur de 1500 truies avec engraissement, près de Sara Buri. La compagnie de moulée lui fournit un représentant (gérant de ferme) qui n'a que ce client à s'occuper. Ils commencent à rentrer leurs données sur winporc, un logiciel de traitement de la production. En Thaïlande, pas besoin de prescriptions pour aucun médicament (même pas pour l'opium!) pour les animaux ou les humains; on peut les acheter directement. Par contre, les fermes qui veulent faire de l'exportation sont surveillées par des inspecteurs qui viennent aux 3 à 6 mois, récolter échantillons et prises de sang, pour vérifications des résidus médicamenteux. Plusieurs producteurs utilisent un produit qui stimule la production musculaire au détriment du gras, mais l'utilisation de ce produit est interdite pour l'exportation. La moulée (à base de riz) est en gros sacs, les silos étant très chers. La ferme produit du méthane, utilisé pour faire de l'électricité et climatiser les reproducteurs. La race " seghers ", une lignée de Belgique, est utilisée en plus des races conventionnelles. 40 employés sont supervisés par 5 gérants.
On se rend ensuite à une clinique vétérinaire, près de Chon Buri, qui fournit le service conseil à ses clients, et commence à utiliser winporc. Jean et M Vivat discutent quelques heures avec la responsable de la saisie des données, puis on revient à Bangkok, où on a vu ce que c'est qu'un bouchon de circulation! On avançait à une moyenne de 2 km à l'heure! On a pris 4 heures pour faire 70 km.

09-02-02
Dernière journée à Bangkok, déjà! On visite le marché flottant de Talingchan où les gens cuisent poissons et autres sur charbon de bois, directement sur leur petit bateau, pour vendre des repas complets aux passants, accostés aux quais flottants, munis de tables basses, où on peut s'asseoir en indien pour manger.
On fait une tournée des temples : le Wat Arun avec les tours arrondies, le Wat Ratcha, le Wat Ratchapradit, le Wat Pho et son Bouddha couché de 46 mètres de long, le Wat Phra Kaeo et son Bouddha d'émeraude, vêtu différemment selon la saison (on dit que c'est le plus beau temple de Thaïlande); il est tout près du Grand Palace dont l'architecture est magnifique.
Notre petite ballade au bureau de poste central nous a déçus; on espérait les 2 lettres de grand-maman, envoyées à l'île Maurice, puis poste restante à Bangkok, mais on ne les a pas eues. Toute la famille a reçu un massage thaï de une heure, avant de partir du pays. Francis et Nicolas ont une coupe de cheveux thaï.

10-02-02
On prend un taxi pour l'aéroport, à 5heures tente du matin. Décidément, les thaï conduisent vite (130 km/heure) et dépassent à droite, à gauche, sur le terre-plain,…Une taxe d'aéroport de 500 baths par personne a fini de vider nos poches.


Texte de Sébastien

03-02-02
On prend un tour organisé pour sauver du temps. On part en mini-bus et on s'arrête à une ferme d'orchidées. Par la suite, on va voir des grottes. Il y a plein de sculptures de dragons et de Bouddhas à l'intérieur. Ensuite, on va voir une tribu des montagnes :les Akhas. Ils ont des vêtements très beaux tous couverts de coquillages, pièces de monnaie, bouts de métal … tout ce qui peut briller. Tout le monde fume la pipe. Puis, on marche un bout dans la montagne pour aller voir la fameuse tribu des femmes girafes, les Karens. Ils sont immigrés du Myanmar (ex-Birmanie) et sont venus ici seulement pour se montrer aux touristes parce que c'est moins difficile que de travailler dans les champs. Ils viennent de la tribu des Padongs. Ils parlent padong, birman, thaï et presque pas d'anglais. Personne ne sait lire ni écrire, ils apprennent seulement à parler. Toutes les femmes, à partir de quatre ans, portent des anneaux couleur or dans le cou. Ils en portent aussi sur les jambes. À l'origine, c'était contre les morsures de tigres et de serpents. Leur cou est vraiment impressionnant. Plus une femme à un grand nombre d'anneaux, plus elle est considérée belle et à de la facilité à se marier. On en a vu une qui en avait 27 ! Pour se laver, les anneaux peuvent se desserrer, mais, elles ne doivent jamais les enlever parce que les muscles du cou ne se sont pas développés et elles se casseraient le cou. On a visité une maison où ils vivent. Elles sont faites de bambous et de paille. Ils dorment sur le plancher, sans matelas. Il y a une cuisine pour tout le village. Tout ce qu'il y a dans la cuisine, des casseroles. Un feu de bois pour faire cuire et ils vont chercher l'eau à la rivière.
On repart en mini-bus. On voit une autre tribu, les Meos. Ils sont très pauvres. On voit des enfants nus où très mal habillés. Il y a beaucoup d'enfants. Les hommes ont chacun cinq femmes. C'est très bizarre comme tribu.
Puis on revient à Chiang Mai.

04-02-02
Lavage, ordinateur et baignade en avant-midi. En après-midi, on visite quelques artisanats. Chiang Mai est très réputé pour ça. Premièrement, une usine artisanale de parasols. C'est impressionnant de voir l'habilité à sculpter les pièces. Les pièces sont faites de bambous. Ensuite, ils montent le parasol, l'attachent avec de la ficelle et posent le tissu et la dentelle. Finalement, ils peinturent pour faire les motifs. Deuxièmement, on va voir un endroit où ils font de la soie. Les vers à soie font leur fil pour faire un cocon, les gens déroulent le cocon, lavent et teignent le fil, puis c'est prêt pour être tissé à la main. Troisièmement, on s'arrête à une place où ils font des objets en argent. Tout est fait à la main.
On achète les billets de train pour retourner à Bangkok dans quelques jours.

05-02-02
On prend un autre tour organisé. On part en mini-bus. On fait un tour à dos d'éléphant. On visite une autre tribu. Avant, il y avait beaucoup de culture d'opium, mais maintenant le gouvernement essaie d'arrêter ça. Après, on va voir des chutes. On fait un tour de rafting thaï : un radeau fait en bambou ! C'était le fun de descendre les rapides. On s'est fait pas mal mouiller.

10-02-02
On se lève à 5 :00 du matin pour se rendre à l'aéroport. Un vol pour Hong Kong de 3 heures. En arrivant, on se trouve un hôtel à Kowloon, une ville juste à côté de l'île de Hong Kong. On va marcher un peu dans la ville. Il fait très froid par rapport à la Thaïlande ( 18° C le jour ) . Tout est très cher, à peu près cinq fois plus cher que la Thaïlande. Presque tout est écrit en chinois. Il y a des dizaines de buildings très hauts. Le soir, c'est très animé. Les pancartes et les lumières envahissent les rues. Il y a beaucoup de piétons et moins d'autos qu'à Bangkok. Comme Hong Kong est assez touristique, il y a parfois de l'anglais.

11-02-02
On va chercher des visas pour la Chine. Papa va remplacer les billets d'avion Hong Kong-Sydney parce que la compagnie a fait faillite. Ca finit avec un vol Hong Kong-Auckland-Sydney et 8 heures de plus. On écrit sur l'ordi, planifie le voyage en Chine … Les buildings sont décorés pour le nouvel an Chinois qui sera demain. La ville est très colorée la nuit.

Précédent | Suivant